Bénédicta :

Une simple histoire de gourmands.

Bénédicta : Une simple histoire de gourmands.

1907, là où tout commence.

Prosper Eeckman originaire du Nord (Seclin) terre de générosité, reprend alors une vinaigrerie et se lance dans la commercialisation des huiles. Aujourd’hui encore toutes les recettes Bénédicta sont élaborées à Seclin.

1911, l’origine du nom.

Pour la petite anecdote, le nom Bénédicta était au départ « Bénédictin ». A cette époque la référence à la religion (catholique) est gage de qualité. Les bouteilles d’huile en verre, une innovation pour l’époque, sont les premières à arborer le nom : Bénédictin. Durant la première guerre mondiale, la production est arrêtée du fait de l’occupation.

1937 et ça repart.

La production reprend avec une activité réduite, sous les contraintes du rationnement jusqu’en 1949.

1957, une année gourmande.

Associé au groupe hollandais Duyvis, « Bénédictin » se féminise, se modernise, et s’agrandit pour devenir alors « Bénédicta ». Elle concentre son cœur d’activité sur la fabrication et la commercialisation de mayonnaises et de sauces. Pour simplifier la vie de tous les gourmands, Bénédicta lance cette même année la toute première mayonnaise en tube.

1961, vers toujours plus d’innovations.

La première sauce salade émulsionnée voit le jour et donne naissance à la gamme de sauces crudités. Les amoureux des salades légères sont ravis.

1965, Bénédicta continue sur sa lancée.

C’est l’arrivée de la première gamme de sauces de variétés pour viandes et poissons.

Les années 60 sont, pour Bénédicta, riches en innovation. Ce qui fait la force de son savoir-faire, c’est sa méthode affûtée, Bénédicta est tout simplement à l’écoute des envies, des goûts de ses consommateurs.

Aujourd’hui, Bénédicta tire sa force et son inspiration autour d’une belle idée : « La gourmandise, ça se partage. »